Au pays et à l'étranger

Coopération nationale

Le SCRS est un véritable service national qui compte des ressources et des employés un peu partout au pays. En effet, son administration centrale est située à Ottawa, et il a des bureaux régionaux à Halifax, à Montréal, à Ottawa, à Toronto, à Edmonton et à Burnaby ainsi que des bureaux de district à St. John's, à Fredericton, à Québec, à Niagara Falls, à Windsor, à Winnipeg, à Regina et à Calgary.

Cette répartition géographique lui permet de collaborer étroitement avec ses nombreux partenaires fédéraux, provinciaux et municipaux sur des questions de sécurité d'intérêt commun.

Par ailleurs, le SCRS compte des bureaux de district dans plusieurs aéroports, notamment à l'Aéroport international Pearson de Toronto et à l'Aéroport international de Vancouver. Ces bureaux offrent un soutien sur le plan de la sûreté aérienne et viennent en aide aux représentants de Citoyenneté et Immigration Canada et de l'Agence des services frontaliers du Canada en matière de sécurité nationale. Ils fournissent également des informations à leur bureau régional respectif et à l'Administration centrale et assurent la liaison avec les autres ministères et organismes fédéraux qui ont des agents dans les aéroports du pays.

Le SCRS a continué d'échanger des informations sur des questions de sécurité avec de nombreux partenaires canadiens. Un élément important de cette collaboration demeure la production et la diffusion de rapports et d'évaluations de renseignement, comme ceux rédigés par la Direction de l'évaluation du renseignement du SCRS et le Centre intégré d'évaluation du terrorisme, dont les locaux se trouvent à l'Administration centrale du Service.

La GRC est l'un des principaux partenaires du SCRS au Canada. Étant donné que le SCRS est un organisme civil dépourvu d'un pouvoir d'arrestation, il informe la GRC des menaces pour la sécurité qui sont considérées comme des activités criminelles. La GRC amorce alors sa propre enquête et porte, s'il y a lieu, des accusations. Le SCRS recueille des renseignements, tandis que la police – c'est-à-dire la GRC – rassemble des éléments de preuve en vue d'intenter des poursuites criminelles.

Au cours des dernières années, le SCRS et la GRC ont continué d'établir un ensemble de protocoles sur l'échange d'informations. Le ministère de la Justice et le Service des poursuites pénales du Canada aident le SCRS et la GRC à interpréter la jurisprudence canadienne toujours plus abondante dans ce domaine. L'objectif est de veiller à ce que les deux organismes collaborent pour assurer la sécurité nationale tout en respectant leur mandat respectif.

Pour garantir que le SCRS est un service national aussi bien en principe que dans la pratique, les agents de renseignement sont appelés à vivre et à travailler dans différents endroits au pays au cours de leur carrière. L'un des avantages de travailler au Service est la possibilité de découvrir le Canada d'un océan à l'autre.

Opérations à l'étranger et coopération internationale

Au cours de la dernière décennie, l'actualité mondiale a montré que le terrorisme et l'espionnage ne sont pas circonscrits par les frontières nationales. Dans de nombreux cas, les enjeux de sécurité nationale qui touchent le Canada émanent d'événements, de gouvernements, d'individus ou de groupes à l'étranger ou ils y sont fortement associés.

En raison de la mondialisation, les menaces pour la sécurité augmentent et sont plus complexes, qu'il s'agisse de terrorisme, d'autres activités extrémistes illégales et violentes, d'espionnage, de prolifération des armes, d'immigration illégale, de cyberattaques ou de tout autre acte visant des Canadiens au pays ou à l'étranger. La présence partout dans le monde d'industriels, de diplomates et de voyageurs canadiens accentue ces menaces, et il arrive souvent que des ressortissants et des intérêts canadiens soient ciblés ou menacés par des groupes terroristes et des services de renseignement étrangers hostiles.

Au Canada, la dimension internationale du terrorisme est constamment illustrée par le fait que des terroristes étrangers continuent d'inspirer et de conseiller des individus et des groupes. Des ressortissants et des résidents canadiens ont quitté le pays pour séjourner dans des camps d'entraînement de terroristes en Somalie, au Pakistan et ailleurs dans le monde dans le but de soutenir ou de perpétrer des attentats terroristes au Canada ou à l'étranger. En outre, dans les dernières années, des Canadiens ont été enlevés dans des endroits comme la Colombie, l'Irak, l'Afghanistan, la Somalie, le Kenya, le Pakistan, le Niger et le Soudan. De nombreuses entreprises canadiennes et leurs employés ainsi que des diplomates canadiens à l'étranger ont également été ciblés ou menacés.

Pour respecter l'esprit de la Loi sur le SCRS, ainsi que pour répondre aux attentes des Canadiens, le SCRS doit s'efforcer de recueillir des renseignements sur la sécurité, peu importe l'endroit où il peut les obtenir, que ce soit au Canada ou à l'étranger. Par conséquent, le SCRS renforce et maintient sa présence à l'échelle internationale. Dans le monde d'aujourd'hui, les activités de liaison et de coopération du SCRS avec ses partenaires étrangers occupent une place essentielle dans la capacité du pays d'enquêter avec efficacité sur les menaces qui pèsent sur le Canada et ses intérêts, de les évaluer et de les contrer.

Le SCRS a des agents en poste dans différentes villes et capitales de la planète. De concert avec des organismes partenaires, ces agents ont pour rôle premier de recueillir et, le cas échéant, de communiquer des renseignements de sécurité liés à des menaces qui pèsent sur le Canada et ses intérêts ainsi que sur ses alliés. Par ailleurs, ces agents aident Citoyenneté et Immigration Canada à assurer un filtrage de sécurité et ils aident également le ministère des Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada à réaliser les programmes de sécurité.

Le Service doit parfois envoyer des agents à l'étranger pour intervenir dans des situations exceptionnelles, par exemple pour aider à évacuer des Canadiens se trouvant dans des régions en proie à des troubles. Au péril de leur vie, des agents du SCRS se sont retrouvés des pays instables ou dans des situations dangereuses partout dans le monde. Dans le milieu du renseignement à l'échelle mondiale, les employés du SCRS sont réputés pour leur formation, leur savoir-faire et leur dévouement.

Les renseignements recueillis par le SCRS ont aidé les organismes fédéraux à bloquer l'entrée au Canada d'individus présentant une menace pour la sécurité du Canada. Les efforts du SCRS ont également permis d'avoir une idée des intentions et des moyens de groupes terroristes et de services de renseignement hostiles qui veulent s'en prendre à des Canadiens, à des intérêts canadiens ou aux intérêts de pays alliés.

Le SCRS comptent plus de 280 ententes avec des services étrangers ou des organismes internationaux dans 150 pays et territoires. Parmi ces ententes, 60 sont « inactives » (c'est-à-dire qu'il n'y a pas eu d'échange d'informations depuis au moins un an). En outre, le SCRS continue de limiter les contacts avec onze organismes étrangers en raison de doutes concernant leur fiabilité ou de leur réputation sur le plan des droits de la personne, tandis que deux ententes demeurent en suspens en attendant une évaluation de l'avenir de l'organisme. Enfin, une entente a été résiliée en raison de la dissolution du service étranger.

Pour des raisons de sécurité et de confidentialité, le Service ne divulgue pas de détails sur les informations échangées ni ne révèle avec quels services étrangers il effectue ces échanges. Le SCRS doit protéger les ententes qu'il a conclues avec des services étrangers pour que les relations demeurent viables et confidentielles. Les services étrangers s'attendent à ce que les informations qu'ils fournissent au SCRS restent confidentielles, tout comme le SCRS s'attend à ce que les informations qu'il leur communique ne soient pas divulguées ou dévoilées à un tiers sans qu'il ait préalablement donné son consentement.

Le Canada est un pays dont les intérêts et les avoirs sont menacés par le terrorisme, la criminalité et des services de renseignement hostiles. Il a une population aux origines très variées. Cette diversité en fait un pays fort et prospère, mais elle a aussi parfois mené à la découverte de liens directs entre des groupes terroristes internationaux et des ressortissants et des résidents du Canada. Cette situation soulève des craintes pour la sécurité nationale qui nécessitent une réponse internationale, qu'il s'agisse d'échanger des informations ou de recueillir des renseignements à l'étranger. Le SCRS est déterminé à exécuter son mandat, qui est de recueillir des renseignements au Canada et à l'étranger, pour aider à protéger les Canadiens, les intérêts canadiens et les intérêts de ses partenaires étrangers.

Date de modification :